À 30 min de Toulouse proche de l’A66 direction Andorre - ville de Mazères - Ariège Pyrénées

05 61 69 42 04

Nous écrire

lundi 23 octobre 2017

Pour la survie des oiseaux


Le "Domaine des Oiseaux" est depuis longtemps, à juste titre, reconnu comme un havre de paix pour les oiseaux, migrateurs ou sédentaires.
Nul ne pouvant s’arroger le droit de recueillir des animaux sauvages sans autorisation officielle, les oiseaux blessés étaient plus ou moins abandonnés à leur sort.
Les responsables du "Domaine des Oiseaux", répondant à une demande sans cesse croissante, ont, obtenu l’autorisation des services de la Préfecture de l’Ariège d’ouvrir un centre de soins pour oiseaux en détresse toutes espèces.
Ouvert depuis février 2012, le centre de soins baptisé "l’Aouselou" (l’oisillon) est installé dans des locaux particuliers situés dans l’aile Est du bâtiment principal d’Augé.

Un réseau de collecte est organisé autour des vétérinaires praticiens locaux, des gardes forestiers, de la Fédération des chasseurs de l’Ariège et des Départements voisins et des associations naturalistes locales désireuses de s’y associer.
Une animalerie, une nurserie avec couveuse, une infirmerie sont à la disposition des blessés et des malades, auxquelles il convient d’ajouter une cuisine et une grande salle de travail et de réunion.
Après avoir été soignés et requinqués les oiseaux convalescents disposent de deux grandes volières de relâcher, quatre volières de rééducation, quatre boxs d’isolement et deux taquets dans les bois pour réapprendre à s’approprier l’espace avant de s’envoler définitivement vers leur liberté.

Depuis son ouverture, "L’Aouselou" a hébergé, soigné, puis relâché près de cinq cent oiseaux, parmi lesquels de nombreux rapaces, Chevêches d’Athéna, Chouettes hulotte, Circaètes Jean le Blanc, Grands ducs d’Europe, Vautour fauve, etc.

Au-delà du caractère exceptionnel voire atypique du site, il convient, en conclusion, d’insister sur l’aspect structurant de cette réalisation. Compte tenu du positionnement de la commune de Mazères au point de rencontre de trois départements et de deux régions, et, en raison de l’originalité du "Domaine des Oiseaux", vitrine départementale, voire régionale de la biodiversité, ce site est une zone d’activité très importante au service des oiseaux en détresse.

LES BONS GESTES POUR SECOURIR UN OISEAU !

Je trouve un oiseau en détresse, que faire ?

  • Restez calme, faire le moins de bruit possible pour lui éviter tout stress supplémentaire,
  • Utilisez des gants ou un linge pour l’attraper et le manipuler,
  • Placez-le dans un carton adapté à sa taille, avec du papier journal au fond et percé de quelques trous sur le dessus,
  • Isolez-le dans un endroit calme et chaud,
  • Ne lui donnez ni à manger ni à boire sans les conseils d’un professionnel,
  • Prévenez le centre de soins des Oiseaux de Mazères (L’Aouselou) afin qu’il soit transporté et soigne le plus vite possible. 05 61 69 12 97 / 06 50 19 26 82

(ATTENTION aux serres des rapaces, aux ailes des cygnes, aux becs des échassiers et à la détente de leur cou. Évitez de vous blesser !)

En période de nidification (de février à août suivant les espèces) de nombreux juvéniles sont retrouvés au sol.
Il n’est pas toujours nécessaire de les ramasser !
Chez de nombreuses espèces (les merles, les grives, les chouettes et les hiboux) les adultes continuent le nourrissage et l’apprentissage au sol.
Vous pouvez les poser sur une branche en hauteur si vous constatez un danger de prédation de la part d’un animal domestique.
S’il y a un risque de prédation ou de circulation pour sa survie, mettez-le à l’abri et prévenez "l’Aouselou".

QUE DEVIENNENT LES ANIMAUX ?
L’oiseau est pris en charge dès son arrivée. Les premiers soins lui sont prodigués au Centre de soins. S’il a besoin d’un diagnostic plus complet ou de soins plus lourds (chirurgie), il est transféré à la Clinique de la Faune Sauvage de l’École Vétérinaire de Toulouse.

RETOUR VERS LA LIBERTÉ !
Si leur état le permet, les oiseaux soignés sont relâchés dans la nature.
Pour certaines espèces rares et menacées, chaque individu compte et permet de diversifier leur population pour évite la consanguinité.
Des oiseaux reproducteurs non libérables dans la nature parce qu’handicapés peuvent aussi servir dans le cadre de la restauration de population, comme par exemple, le Faucon crécerellette.

SOURCE : Brochure éditée en mai 2017 par la Mairie de Mazères, l’Ecole Nationale vétérinaire de Toulouse et la Fédération des Chasseurs de l’Ariège.

 
Agenda
Concert au Temple !
Résultats sportifs
Actualités
Couleurs nationales !
POINT-PRESSE au 1er R.C.P.
Le mot du maire
Publications municipale

2017 - Ville de Mazères -  Mentions légales  -   Natys.fr  -    w3c