À 30 min de Toulouse proche de l’A66 direction Andorre - ville de Mazères - Ariège Pyrénées

05 61 69 42 04

Nous écrire

PERDUS en ARIÈGE !


Il y a 72 ans, onze Andorrans s’égaraient en Basse-Ariège !

Au mois de juin 1946, l’équipe de football de Pamiers s’en va hardiment affronter le onze de la Principauté d’Andorre.
Les 13 gaillards qu’un camion a débarqués sur la pelouse Andorrane viennent des divers clubs de Pamiers : L’UOP, L’HISPANIA-CLUB et le C.O. BATIGNOLLES.
Cette confrontation stimule la fierté nationale des dirigeants de la Principauté qui n’ont pas hésité à battre le rappel de leurs 4 ressortissants du grand Football-Club de Barcelone, à savoir Basora, les frères Calvet et Ferrer. Malgré ce renfort de prestige, les Andorrans subissent un cinglant revers sur le score sans appel de 3 / 0.

Avides de revanche, les Andorrans souhaitent disputer le match retour en terre Appaméenne, mais personne ne peut répondre à leur demande … depuis la dissolution de l’UOP, Pamiers est devenue orpheline de son football.
Comme malgré tout, ils éprouvent un ardent désir de revanche sur le sol Français, ils parviennent à organiser une rencontre avec L’US Cazères, dans le cadre des festivités annuelles de cette localité du Comminges.
A la fin du mois d’aout 1946, l’équipe de la Principauté parcoure de bon matin la nationale 20 à bord d’un petit autobus. Au Vernet d’Ariège, le conducteur lit rapidement un panneau indicateur et bifurque vers la droite. Quelques minutes plus tard les Andorrans se retrouvent au pied du Lauragais à Mazères.
Devant les mines stupéfaites des dirigeants du club local, alertés par des promeneurs, les voyageurs réalisent leur méprise née de la confusion fâcheuse de la mauvaise lecture : Mazères au lieu de Cazères.
« Vous n’allez pas repartir comme ça ! Tenez, je rassemble nos joueurs et on fait un petit match ! » propose le président de l’E.N. Mazeres avec un large sourire. Les Andorrans acquiescent de bon cœur, tous heureux de pouvoir surmonter leur déconfiture aussi aisément.
La partie se déroula dans l’après-midi pour le plus grand bonheur de tous… sauf onze Cazériens condamnés à attendre tout un dimanche un adversaire qui ne viendra pas.
La morale de cette histoire pourrait s’énoncer ainsi : Que ce soit Cazères ou Mazères, les joies du football ne se mesurent pas à une consonne près !

Huit jours plus tard une vraie sélection de Basse-Ariège composée de Mazériens, d’Appaméens et de Saverdunois, prendra la route de la Principauté dans un Viel autobus de l’entreprise "Les cars du Lauragais" conduit par Monsieur Lavigne.

Les Mazériens, debout de gauche à droite : 1er Paul DARDIER ; 2ème Boniface MAYORAL ; 3ème René FERRAND ; 5ème Michel DELBOY ; 8ème Jean ALIBERT ; 9ème Maurice PONTIE

Les professionnels Barcelonais, appelés à nouveau en renfort pour l’occasion, survoleront les débats et les Ariègeois subiront un 5 / 0 sans rémission.

En 1946, il n’y avait pas d’autoroute, pas de téléphone portable ni smartphone et encore moins de GPS.

(Source : Christian Estrade)

 
Agenda
ÉVEIL MUSICAL !
Les Amis du Swing
Actualités
Un bel harmonium !
Fin de chantier... !
Le mot du maire
Publications municipale

2018 - Ville de Mazères -  Mentions légales  -   Natys.fr  -    w3c