À 30 min de Toulouse proche de l’A66 direction Andorre - ville de Mazères - Ariège Pyrénées

05 61 69 42 04

Nous écrire

LE MOT DU MAIRE



A travers les différentes crises traversées par notre pays (crise financière en 2008/09, crise démocratique avec les gilets jaunes, crise sanitaire actuelle…), les communes et leurs intercommunalités ont chaque fois fait la preuve de leur capacité à agir rapidement et efficacement pour répondre aux besoins de la population.

Assumant près des deux tiers de l’investissement public local, la commune est un moteur économique indispensable et le premier levier de la relance.

Pour autant, les communes et leurs intercommunalités subissent depuis 10 ans de la part de l’Etat une réduction massive et continue de leurs marges de manœuvre financières. Sous l’effet d’une même logique centralisatrice, des impôts locaux ont été successivement supprimés, les dotations ont tendanciellement baissé tandis que dans le même temps les contraintes sur les dépenses se sont accumulées.

Au-delà, de l’impact de ces décisions, la méthode est également contestable. Trop souvent, les élus locaux n’ont pas été convenablement associés en amont aux mesures ayant pourtant des effets déterminants sur leurs moyens d’agir.

C’est pourquoi l’Association des Maires de France, représentant la diversité des élus entend défendre avec détermination les intérêts des maires dans leurs relations financières avec l’Etat concernant notamment l’avenir financier et fiscal des collectivités territoriales, en demandant avec insistance :

  • L’arrêt de tout nouveau remplacement d’impôts locaux par des dotations, notamment en matière de fiscalité économique locale, au risque d’entraver la relance
  • La garantie d’une compensation intégrale et évolutive de la suppression de la taxe d’habitation
  • La défense du principe de l’autonomie financière et instauration de l’autonomie fiscale des collectivités territoriales
  • La création d’une loi de finances annuelle spécifique aux collectivités retraçant l’ensemble des relations budgétaires et fiscales avec l’Etat
  • La suspension définitive des « contrats » d’encadrement des dépenses de fonctionnement locales, qui s’apparentent à un retour de la tutelle financière de l’Etat sur les collectivités
  • La mise en œuvre rapide de la révision des valeurs locatives
  • La promotion, sous contraintes de la diversité, des formes de coopération et de mutualisation adaptées aux différents territoires

Ce ne sont que des vœux en espérant qu’ils se réalisent même si « voir ce que l’on espère ce n’est plus espérer »

Louis MARETTE
Maire de Mazères

 

2020 - Ville de Mazères -  Mentions légales  -   Natys.fr  -    w3c