À 30 min de Toulouse proche de l’A66 direction Andorre - ville de Mazères - Ariège Pyrénées

05 61 69 42 04

Nous écrire

Flash infos


RISQUES NUMERIQUES

Que faire en cas d’arnaque au faux support technique ?

L’arnaque au faux support technique est une escroquerie qui consiste à effrayer la victime afin de la pousser à contacter un prétendu support technique officiel. Un pseudo réparateur tente alors de la convaincre de le laisser prendre le contrôle de sa machine pour faire semblant de la lui dépanner alors qu’il lui installe des logiciels lui permettant d’accéder au contenu de l’ordinateur.
La victime peut être contactée par SMS, téléphone, courriel, messagerie instantanée, ou voir apparaître un message sur l’écran de son ordinateur, tablette ou smartphone qui lui signale un problème grave (panne, virus, licence de logiciel expirée...) et qui lui demande de rappeler un numéro de support technique semblant officiel, sous peine de perdre toutes ses données ou de ne plus pouvoir utiliser son matériel.

Comment se prémunir ?

  • Appliquez de manière régulière et systématique les mises à jour de sécurité du système et des logiciels installés sur votre machine ;
  • Tenez à jour votre antivirus et activez votre pare-feu. Vérifiez qu’il ne laisse passer que des applications et services légitimes ;
  • Évitez les sites non sûrs ou illicites (tels ceux qui hébergent des contrefaçons : musique, films, logiciels...) ou certains sites pornographiques qui peuvent infecter votre machine ou héberger des régies publicitaires douteuses ;
  • N’installez pas d’application ou de programme « piratés » ou dont l’origine ou la réputation sont suspectes ;
  • N’utilisez pas un compte avec des droits « administrateur » pour consulter vos messages ou naviguer sur internet ;
  • N’ouvrez pas les courriels, leurs pièces jointes et ne cliquez pas sur les liens provenant de chaînes de messages, d’expéditeurs inconnus, ou d’un expéditeur connu mais dont la structure du message est inhabituelle ou vide ;
  • Faites des sauvegardes régulières de vos données et de votre système pour pouvoir le réinstaller dans son état d’origine ;
  • Sachez qu’aucun support technique officiel ne vous contactera pour vous réclamer de l’argent.

Que faire si l’on est victime ?

  • Ne répondez pas aux sollicitations et n’appelez jamais le numéro indiqué ;
  • Conservez toutes les preuves (photographiez votre écran par exemple) ;
  • Fermez le navigateur puis relancez-le sans restaurer la session. Au besoin, forcez la fermeture du navigateur (appuyez simultanément sur les touches Ctrl, Alt et Suppr, puis ouvrez le Gestionnaire de tâches, sélectionnez le navigateur et cliquez sur « Fin de tâche »). Supprimez les cookies et réinitialisez les paramètres ;
  • Désinstallez toute nouvelle application suspecte présente sur votre appareil ;
  • Faites une analyse antivirus approfondie de votre machine ;
  • Si un faux technicien a pris le contrôle de votre machine, désinstallez le protocole et/ou le programme de gestion à distance, et changez tous vos mots de passe. En cas de doute ou si vous n’arrivez pas à reprendre le contrôle de votre équipement par vous-même, vous pouvez faire appel à un prestataire référencé sur cybermalveillance.gouv.fr ;
  • Si vous avez fourni vos coordonnées bancaires ou de carte de crédit, faites opposition sans délai. Si un paiement est débité sur votre compte, exigez le remboursement en indiquant que vous déposez plainte et appelez votre banque ;
  • Si vous avez été contacté par un faux support technique, signalez les faits au support officiel concerné ainsi qu’aux services du ministère de l’Intérieur sur sa plateforme internet-signalement.gouv.fr ;
  • Déposez plainte au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie, ou en écrivant au procureur de la République dont vous dépendez. Faites-vous au besoin assister par un avocat spécialisé.

ASSOCIATIONS. Une DÉCLARATION en PRÉFECTURE est-elle OBLIGATOIRE après chaque ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ?


Vous êtes membre du bureau d’une association ? Et vous vous demandez peut-être si vous êtes censé effectuer une déclaration en préfecture après chaque assemblée générale ?
À la question de savoir s’il faut faire une déclaration en préfecture après chaque assemblée générale.
En effet, chaque assemblée générale des membres d’une association n’implique pas forcément une déclaration en préfecture.
Par contre, certaines modifications doivent être déclarées en préfecture, notamment en cas de :

  • modification du nom ou de l’objet de l’association ;
  • modification de l’adresse du siège et/ou de l’adresse de gestion ;
  • désignation de nouveaux dirigeants (président, vice-président, secrétaire, trésorier), les nom, prénom, profession, domicile et nationalité devant être déclarés ;
  • modification des statuts.

OBSÈQUES ET SÉPULTURES : CE QU’IL FAUT SAVOIR


Déclaration de décès, obsèques, inhumation, crémation... Quelles sont les formalités à accomplir en cas de décès d’un proche ?
Lors du décès d’un proche, les premières démarches doivent être effectuées rapidement : dans les 24 heures pour le constat et la déclaration du décès, dans les 6 jours pour les obsèques. Si le défunt a indiqué ses volontés sur l’organisation des funérailles, celles-ci doivent être respectées, s’il n’a laissé aucune indication, la décision revient à ses proches. En cas de désaccord sur l’organisation des funérailles , seul le juge peut trancher.

La déclaration de décès est une démarche obligatoire qui doit être faite à la mairie du lieu du décès, dans les 24 heures qui suivent sa constatation par un médecin. Celui-ci établit un certificat de décès.
L’inhumation
L’inhumation consiste à placer le corps du défunt dans une tombe. L’enterrement a lieu le plus souvent dans un cimetière, 6 jours au plus après le décès, sauf exceptions. Il peut avoir lieu dans le cimetière de la commune où le défunt habitait, dans celui de la commune où il est mort, dans le cimetière où est situé le caveau de famille ou bien dans une propriété privée avec l’autorisation du préfet.
La crémation
La crémation est une technique funéraire visant à brûler et réduire en cendres le corps d’un être humain décédé. La crémation est réalisée dans un crématorium, 6 jours au plus après le décès, sauf exceptions.
Vous souhaitez disperser les cendres du défunt dans la nature ? Une déclaration à la mairie du lieu de naissance du défunt est nécessaire : l’identité de la personne, la date et le lieu de dispersion des cendres y seront enregistrés.
Assurez-vous que les cendres ne se répandront pas, même partiellement, sur la voie publique ou dans un lieu public (stade, square, jardin public, etc.). La dispersion est autorisée en pleine mer, mais peut être interdite sur les cours d’eau (renseignez-vous auprès de la mairie de la commune concernée).
Les frais d’obsèques
Les frais d’obsèques sont prélevés sur l’actif successoral, c’est-à-dire sur les comptes bancaires de la personne décédée. Si le solde de ces comptes n’est pas suffisant, les héritiers devront participer.
Les frais d’obsèques d’un parent sont déductibles du revenu imposable sous réserve de remplir certaines conditions.
Qu’est-ce qu’une concession funéraire ?
Une concession funéraire est un emplacement dans un cimetière dont vous achetez l’usage (mais non le terrain). L’acte de concession précise qui en sont les bénéficiaires, ainsi que la durée.

(Source : Service public)

 

2019 - Ville de Mazères -  Mentions légales  -   Natys.fr  -    w3c